Le blog de l'Arcaa
L'édito de la Présidente

Allergies et environnement : tous mobilisés

publié le 13/11/2019 | par Isabelle Bossé

Demain, 14 novembre, aura lieu au ministère des solidarités et de la santé, le premier colloque à l’initiative de la fédération française d’allergologie.

Pourquoi cette initiative ?

Demain, 14 novembre, aura lieu au ministère des solidarités et de la santé, le premier colloque à l’initiative de la fédération française d’allergologie.

Pourquoi cette initiative ? parce que depuis 50 ans les médecins allergologues et les chercheurs essaient de comprendre cette explosion des allergies dans notre monde occidental et que, au delà de la génétique, il est absolument évident que notre environnement est en grande partie responsable.

De ruraux nous sommes devenus citadins.

Les transports, les habitations, les lieux de travail, les écoles, les crèches, les hôpitaux, les innombrables outils facilitant notre vie quotidienne, internet, tout cela a modifié notre mode de vie.

Des espèces botaniques et animales disparaissent tous les jours, le climat se réchauffe, nous sommes soumis à des pollutions gazeuses, chimiques, particulaires qui n’existaient pas il y deux générations.

Notre alimentation a radicalement changé, de locale elle est devenue mondiale, du potager familial elle est devenue industrielle.

Ne considérer le progrès que comme néfaste serait stupide, mais nous devons nous interroger sur l’orientation que nous voulons donner au monde pour les générations futures.

Et un monde qui, entre autres, prévoit la moitié de la population mondiale allergique dans 25 ans, ne peut nous satisfaire.
Il ne s’agit plus seulement du problème des médecins et des chercheurs, il s’agit du problème de toute la société : patients, collectivités locales, autorités de santé, élus, industries, entreprises, agriculteurs, médias, enseignants.. chacun dans son entourage proche a au moins une personne souffrant d’allergie.

Nous ne voulons pas avoir à nous dire que nous n’aurons rien fait pour tenter d’enrayer cette épidémie, alors nous sommes tous mobilisés.