Blog arcaa
L'édito de la Présidente

Le confinement en hiver et l’air intérieur

publié le 10/11/2020 | par Isabelle Bossé

Le premier confinement débuté en mars a été plus brutal, plus strict que celui en cours, mais il est arrivé à une période où la météo a été particulièrement clémente.

De nombreux citadins avaient fui leurs appartements parfois exigus, pour se réfugier à la campagne, au bord de la mer, chez les grands parents ou dans leur résidence secondaire.

Pour les allergiques aux pollens cela a eu un impact plutôt défavorable, car ils ont passé plus de temps dans leur jardin ou dans la verdure environnante qu’en temps normal. De plus, aucune fauche ni taille, et la végétation s’est développée sans contrainte.

Jusqu’à l’arrivée du port du masque obligatoire dans certains endroits où les allergiques ont noté que le masque les protégeaient des pollens présents dans l’air.

Cette fois ce sont les allergiques aux acariens, moisissures, poils d’animaux qui risquent d’être plus gênés en restant à leur domicile où sont concentrés ces allergènes, plutôt que dans leurs entreprises ou écoles où on ne retrouve quasiment aucun de ces allergènes.

De ce fait, LE conseil que nous devons marteler est le premier que nous donnons en permanence aux allergiques, mais cela vaut pour tous : AÉRER
Curieusement, c’est le conseil le plus simple, le plus facile à réaliser, qui ne demande aucun effort particulier qui est peut-être le plus difficile à suivre.

À la question « vous aérez tous les jours ? » la réponse est souvent « en été c’est ouvert toute la journée » « et en hiver ? » « non beaucoup moins, une fois par semaine » le froid, le chauffage perdu, la nuit , la pluie sont les motifs entendus.

Le confinement en hiver, si les logements ne sont pas aérés, risque de pénaliser les allergiques, mais aussi l’ensemble de la population avec un air intérieur qui risque d’être plus pollué.

Alors AÉRONS tous les jours toute l’année.